Vreni Zitterli, 80 ans: « Si je dois entrer dans un home, ce coûtera beaucoup plus cher pour tout le monde. »

« Ces mesures d’économie sont tout simplement erronées », estime Vreni Zitterli. « Cela coûtera beaucoup plus cher au canton que si je reste à la maison. » Les murs de son petit séjour sont couverts de souvenirs et de photos. Son fauteuil est tourné vers la porte de la maison. Devant celle-ci se trouve le déambulateur. En 2006, Vreni Zitterli a été victime d’un AVC. Depuis, elle est hémiplégique et a besoin des services d’aide et de soins à domicile publics. Elle ne se plaint pas de sa situation. Elle ne veut être une charge pour personne. Ni pour ses enfants et ses petits-enfants qui prennent soin d’elle avec attention ni pour les voisins – et encore moins pour les contribuables. Ce qu’elle attend de la politique ? « Qu’elle fasse preuve de plus de compréhension pour les personnes financièrement défavorisées. Et pour le travail des services d’aide et de soins à domicile qui sont là pour ces gens. »